Les romans de Chris

Les romans de Chris

Rédemption par Karim Mokhtari

 

Préface : J'ai connu la violence. J'ai connu la haine. Enfant torturé, je suis devenu bourreau. La spirale de la délinquance m'a emporté car je n'avais pas le choix. Et pourtant... On a toujours le choix. Une rencontre, des rencontres... Et dans le noir de la prison mortifère, une petite lueur a surgi au fond de moi. J'ai le choix. Je ne serai pas un petit caïd de plus. Je m'en sortirai. Une histoire vraie, bouleversante, qui montre que la réinsertion est possible malgré la violence de l'univers carcéral.

 

 

Mon avis : 

Enfant martyre, enfant victime, à cinq ans Karim qui a été élevé par sa tante et sa grand-mère revient vivre avec sa mère Anne-Marie, séparée de Mohammed, un père qu'il ne connaîtra que furtivement.

Anne-Marie rencontre Didier, un homme d'une trentaine d'années aux allures de rockeur en qui le petit Karim fonde ses espérances pour être une famille comme les autres, apprécie partager le dîner du soir avec cet homme qui lui offre même des cadeaux jusqu'au jour où Didier s'installe chez eux et lui dit :

« Il faut que tu saches que je ne t'aime pas, je t'aimerai jamais et j'vais te le faire payer tous les jours »

Une phrase choc que le petit Karim où plutôt David (sa mère et Didier le renomment ainsi car Karim fait trop arabe)

Didier ne tarde pas à mettre ses menaces à exécution, Karim devient l'esclave en charge de faire le ménage, un chien auquel on donne des ordres sinon les coups pleuvent ainsi que les insultes.

« Sale petit raton de merde, bougnoule de merde »

Au fur et à mesure qu'il grandit, Karim devient le souffre douleur de ses parents qui ne l'aiment pas, on l'enferme dans un placard sans nourriture, sans boire, doit subir des jeux sadiques,

« On m'obligeait à rester debout tout nu dans un coin de la salle à manger pendant que les amis de Didier me jetaient des fruits pourris au visage, on me forait à ingurgiter du fromage macéré, le goût était tellement insupportable que je vomissais. Didier s'arrangerait pour me faire vomir dans une bassine et me forçait à tout ravaler »

A huit ans, Karim pense déjà au suicide.

Il n'y a qu'à l'école qu'il retrouve une semblant de vie, de liberté, doit parfois fuguer pour s'y rendre car il reste enfermé dans l'appartement.

Vers neuf ans, Karim commence ses premiers vols dans un supermarché pour ramener l'alcool de Didier et ses amis, de la nourriture car le couple manquait d'argent. « Le vol était la seule action qui m'avait permis de gagner un peu d'estime dans mon entourage »

Voilà ce que devient cet enfant, un voleur pour obtenir un peu de gratitude, d'attention de ses bourreaux mais très vite, Karim doit faire plus. Didier côtoie des gitans et se sert de cet enfant pour braquer, dealer, voler.

 

Karim est arrêté plusieurs fois alors qu'il est encore mineur, s'échappe quelques temps la semaine de ses bourreaux lorsqu'il est placé dans des foyers mais le vol est la seule chose qu'il sait faire, la délinquance est son univers et ses amis ne sont pas des anges, jusqu'au jour où un braquage tourne mal et la descente en enfer commence : la prison. Avec deux complices, ils sont jugés au tribunal de Beauvais et encourent une longue peine pour vol à main armé ayant entraîné la mort d'un homme.

Dans ce témoignage, Karim nous raconte l'univers carcéral de la prison d'Amiens, Laon , Fresnes et bien d'autres. Un univers brut, difficile où il doit faire face à un milieu dangereux et choisir d'être à nouveau une victime ou un bourreau. Un milieu où il doit survivre, être le plus fort, choisir son camp.

Un milieu où le suicide des détenus est une réalité, les humiliations, les tortures par les gardiens, le mitard, la drogue, le deal...

Karim nous décrit comment il a dû se battre, tenter de chercher un moyen de se racheter, se réinséré, de comprendre qui il était vraiment en faisant un travail sur lui-même, comprendre ses origines. C'est aussi un récit bouleversant qui nous fait presque oublier les raisons de son incarcérations car finalement Karim n'est que le fruit de ses parents bourreaux qui l'ont formaté, qui n'a pas connu l'amour. Des années d'enfermement qui sont une lutte permanente pour ce jeune garçon qui n'a jamais rien appris de la vraie vie hormis une cellule, des détenus devenus amis.

Rédemption est une histoire qui retrace les longues années carcérales de Karim mais aussi son combat pour s'en sortir, sa libération, une liberté à laquelle il doit tout réapprendre et devenir un homme capable de trouver sa place dans la société.

Une histoire très prenante qui dévoile les lacunes de la justice, de l'institution carcérale, de cette violence présente, de cet homme qui a réussit à se reconstruire en aidant d'autres jeunes à fuir la délinquance et leur apprendre une belle leçon de vie. Rien n'est perdu.

Je terminerais avec cette question que Karim a dit : « L'action détermine-t-elle un homme pour toujours ? »

 

436 pages

21 euros

Site où commander le livre : //karim-redemption.jimdo.com/



16/02/2013
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres